• Cet actrice est probablement une des plus grandes du cinéma français, puisqu'elle a reçu 5 Césars. Il est donc loin d'être inintéressant de savoir que son nom complet est Isabelle Yasmina Adjani, et, par conséquent, on ne peut cacher qu'elle a un père originaire de Constantine en Algérie, alors que sa mère est allemande. Il ne semble pas qu'elle ait attendu l'aide de son jeune frère pour s'illustrer, puisqu'elle a la chance de participer à un tournage pour le grand écran dès l'âge de 14 ans, c'est-à dire en 1970. Car l'icône est née au milieu de l'année : précisément, elle a vu le jour le 27 juin 1955, dans le 17ème arrondissement de Paris. Cela explique la petite incohérence mathématique (1955+14=1969) que l'on doit constater : on doit, donc, situer son coup d'éclat pendant le premier semestre. Ensuite, il lui faut attendre 2 ans pour voir sa carrière décoller. Un délai que l'on imagine nécessaire pour qu'elle même soit certaine de sa vocation : en effet, en 1972,alors qu'elle continue de se faire une expérience artistique, elle entre à la Comédie Française, une institution dont on peut dire, donc, que le but n'est pas l'apprentissage, mais le perfectionnement, histoire de permettre au public d'aduler des gens qui sont célèbres parce qu'ils ont un bagage réel, et qu'ils n'agissent pas, devant la caméra, en fonction de leur intuition. Malgré sa connaissance de ce qu'il faut faire et ses 40 apparitions dans les salles obscures, il faut expliquer pourquoi elle n'a pas eu les 2 oscars pour lesquels elle a été nominée : bien que son travail eût été parfait en ces occasions, il faut dire que d'autres, parmi l'immense diversité du Monde, ont été mieux mis en valeur, et, donc, cela dépend de l'équipe qui entoure ; finalement, on a beau être le ou la meilleur(e), on ne peut rien, au niveau personnel, dans des compétitions si exigeantes.

    Pensez-vous que le faîte de la carrière d'Isabelle Adjani est passé ?


    votre commentaire
  • Comme beaucoup de gens qui veulent séduire le marché français, Josiane Balaskovic a dû raccourcir son nom d'origine croate, pour passer plus inaperçu. Il faut dire, aussi, que, elle, n'a rien de slave, puisqu'elle est née à Paris le 15 avril 1950. Elle a grandi à Saint-Ouen, dans une famille modeste ; et peut-être que l'évènement qui lui a donné l'énergie de se propulser au sommet est la mort de son père, bien que cela intervienne relativement tard dans sa vie, puisque c'est à 14 ans qu'elle le perd, un âge où l'on a déjà acquis un certaine force de caractère. Elle finit, donc, son éducation avec des femmes, dans le sens où elle est entourée, désormais, de sa mère et de sa grand-mère. En parallèle, elle suit des cours d'art dramatique, donnés, là aussi par une femme. Tout cela l'amène à intégrer la troupe du Splendide, où elle est rapidement cantonée aux rôle de mocheté de service. Sachant que, lors de sa première performance cinématographique, elle a 23 ans (on est, alors, en 1973), il doit être dur, à cet âge, d'apprendre que la beauté nous est étrangère. Car, quelque part, la nature des rôles que l'on reçoit est en rapport avec l'image physique que l'on revoie ; il y a lieu de le croire. Heureusement pour elle, sa jeunesse, à ce moment, a dû l'aider à surmonter ce mauvais coup du sort. Mais bon, elle savait qu'elle montait en puissance, même s'il faut attendre ses 45 ans, et Gazon Maudit, pour trouver la consécration. Ainsi, en plus de ses 15 apparitions sur les plaches, de ses 71 films, de ses 2 téléfilms et de ses 2 livres, elle a eu l'occasion d'être 7 fois réalisatrice.

    Redoutez-vous le jour où il faudra remplacer Josiane Balasko ?


    votre commentaire
  • La biographie de cet acteur, né le 3 avril 1924 à Omaha (Nebraska, Etats-Unis), et mort le 1er juillet 2004 à Los Angeles, en Californie (80 ans de vie), donne un enseignement sur la manière qu'on les génies du cinéma (car il en a été un) de s'imposer sur la scène internationale. Notons, auparavant, juste pour s'en amuser, qu'il a dû passer par l'école militaire pour trouver sa vocation : un lieu insolite pour découvrir qu'on aime monter sur scène. Broadway aurait été plus approprié, et, c'est, d'ailleurs, ainsi qu'il débute, à 20 ans, sa carrière, en prenant part à des pièces de théâtre. Cette première période dure 6 ou 7 ans, ce qui lui permettra de se hisser sur le grand écran, en 1951, à 27 ans. Toutefois, pendant cette année, il lui faut tourner 2 fois, pour rencontrer la reconnaissance internationale : le succès est, donc, arrivé vite. Peut-être est-ce parceque, à cette époque, il suit une formation d'action - ou peut-être est-ce juste avant. Quoi qu'il en soit, il est certain qu'il s'est introduit dans le milieu new-yorkais en autodidacte, et c'est comme cela qu'il se fait connaître ; par Elia Kazan, notamment. Voilà un réalisateur de renom, qui contribuera à susciter l'engoument populaire. On a, donc, 2 personnages qui étaient destiné à collaborer, et, c'est cela aussi la réussite : savoir dénicher les autres pointures qui sauront nous ouvrir les portes de la consécration. En l'occurrence, cela se sera traduit par 39 performances cinématographiques.

    L'entière filmographie de Marlon Brando mérite-t-elle d'être revue ?


    votre commentaire
  • On peut s'étonner, en étudiant la biographie de Mary Louise Streep, de trouver une histoire plutôt banale, qui, puisqu'elle se poursuit dans le succès, mérite d'être analysée. Déjà, il faut dire que, dans son pays (elle est née aux Etats-Unis, dans le New Jersey - côte Est), elle est noyée dans la masse. En effet, elle naît le 22 juin 1949 dans une famille moyenne, dont il faut analyser l'arbre généalogique enprofondeur, pour trouver un ancêtre étranger. Bref, le talent était là, encore fallait-il penser à aller le chercher au fin fond du terroir. Car, il faut dire que c'est grâce à sa scolarité que l'artiste en question a réussi à se faire remarquer. Il s'agit, donc, d'une méthode classique - pour atteindre les feux de la rampe - que beaucoup de monde emprunte, et, du coup, la concurrence est rude. Dans le cas présent, on doit, quand même saluer la persévérance, dans la mesure où, après une scolarité commune, elle obtient son premier diplôme, en matière d'art dramatique, à l'âge de 22 ans, ce qui est assez tardif. Malgré tout, cela lui permet d'aller, semble-t-il, dans la prestigieuse université de Yale. C'est là que la réalité commence à changer, avec l'obtention de rôles sérieux au théâtre. Voilà une première étapa de 4 ans qui se clôt quand elle finit son cursus scolaire, en 1975. A ce stade, une première partie de sa carrière est lancée : en tout, elle est montée sur les planches 26 fois. Mais, cet art ne suffitt pas pour être connue mondialement, et il lui faudra attenendre encore 3 ans pour acquérir une réputation qui dépasse les frontières. Ceci a impliqué, pour elle, qu'elle apparaisse 60 fois sur le grand écran.

    Seriez-vous demandeur d'un retour de Meryl Streep au sommet ?


    votre commentaire
  • On a tout juste le temps d'analyser, tout en se laissant le temps de la réflexion nécessaire, la manière dont une pays hégémonique doit prendre conscience de sa responsabilité par rapport aux autres, pour conserver son leadership incontesté. Cette forme de gouvernance est voué, maintenant, à disparaître, mais, aux abords de la Seconde Guerre Mondiale, David O. Selznick (qui est le producteur de Autant en emporte le vent) l'avait, peut-être, compris. Il est plus certain qu'il s'était simplement mis en quête de nouveaux talents, mais le fait est qu'il avait compris que son métier ne consistait pas à fumer de gros cigares cubains au fond d'un confortable fauteuil en cuir capitonné, et, en 1939, il était sur le terrain, en Suède, pour découvrir cette jeune étoile de 24 ans, et lui proposer de faire un remake. A cette date, la jeune femme était déjà éprouvée, puisque, au cours de son enfance, elle avait déjà eu le malheur de perdre ses parents, à 9 ans d'intervalle. Surtout, elle est déjà quelque peu expérimentée, grâce à ses apparitions sur le grand écran dès 1932, à l'âge de 17 ans. Ainsi, il a jeté dans la lumière une artiste qui, outre ses 46 performances, s'est même permis une extravagance : alors qu'elle avait 35 ans (en 1950, donc), elle a quitté son mari et son premier enfant, pour aller vivre, pendant 7 ans, avec une de ses idoles italiennes, avec qui elle assurera sa descendance à 3 reprises.

    Pensez-vous qu'Ingrid Bergman mérite de n'être jamais oubliée ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique