• On a le parfait exemple du genre de surprise que l'on peut avoir, en étudiant les biographies d'artistes de la chanson. Là, on peut, donc, être étonné que le chanteur en question soit suisse : il est né le 21 août 1950 à Montreux, une ville qui borde le lac Léman.  Là-bas, il est très tôt confié à de bonnes âmes, puisqu'il rentre au Conservatoire dès l'âge de 6 ans. On ne peut parler de choix, à ce moment, et signaler, donc, tout l'espoir qu'on eu en leur rejeton les parents, et, en l'occurrence, cela a fonctionné. Ils ont même pu s'en apercevoir dès l'adolescence de leur protégé, dont on ne dit pas qu'il avait de frère(s) ou de soeur(s). En effet, en 1967, on lui propose de partir en Allemagne, pour devenir mannequin, ce qui en dit long sur la beauté du fils chéri. Pendant 4 ans, il occupe cet emploi, et c'est l'amour qui le fera venir à Paris. C'est dans cette dernière ville qu'il va éclore en tant qu'étoile montante. On peut se dire que les francophones frontaliers ont bien de la chance d'avoir, à leur disposition, la France comme terrain de jeu, car cela est un grand marché, qui peut leur assurer une large diffusion, ainsi que de colossaux revenus, qu'ils ne pourraient trouver en écumant leur petit territoire ; et pourtant, certains de leurs concitoyens se bornent à leurs frontières natales.  Bref, du coup, la carrière de celui à qui l'on s'intéresse part du bon pied dès 1972, avec, déjà, les premiers succès. Avec le temps, il aura même l'occasion de servir de tremplin à d'autres, en particulier à Daniel Balavoine. Avec ces faits d'armes, toute la décennie 70 sera, pour celui qui donne son nom à cet article, l'occasion de se faire encenser. A un tel point que, au cours des années 80, alors qu'il n'a que la trentaine, il peut déjà se permettre de penser à se retirer. Mais, l'amour de la scène est plus fort que tout, et on le verra officier pendant 10 ans de plus, au moins. 

    Vous attendez-vous à un nouveau coup de théâtre de Patrick Juvet ?


    votre commentaire
  • Concernant l'éclosion de cette chanteuse, il ne semble pas que son parcours à ses débuts recèle une particularité digne de commentaires, si ce n'est son extrême jeunesse, lors de son accès au monde du show-business. En effet, cette native de La Barbade - une petite île de l'arc caraïbéen - est née le 20 février, et s'est faite repérée en 2003, alors qu'elle n'avait que 15 ans. Il semble que sa révélation soit le résultat d'un coup de chance, mais pas que : son premier point de chute dans un studio est New York, ce qui suppose qu'elle a eu la chance que ses parents aient l'argent pour quitter son pays natal (l'histoire ne dit pas si c'est avec ou sans eux...). Sa première sélection par un producteur du coin l'amènera à rencontrer le rappeur Jay-Z, qui la fera signer sur son label. C'est ainsi que commence le conte de fées, et jusque-là, l'insouciance de la jeunesse l'a, peut-être, aidée à ne pas avoir peur devant son destin, car tout est allé un peu vite. Bref, ses débuts sont plutôt difficiles, puisque le premier album fut, semble-t-il, un flop, malgré un tube ravageur. En revanche, les deuxième et troisième opus marquent une véritable explosion, avec, cette fois, une concentration exceptionnelle en hits, ce qui vaudra à l'artiste d'établir certains records de vente. Tout va bien jusqu'à ce 8 février 2009, date à laquelle elle se fera tabasser par son petit ami de l'époque. Ce n'est pas que la réussite de ce dernier lui excuse tout, mais lui aussi est jeune, et le temps à vite effacé les cicatrices. Malgré tout, les blessures les plus durables sont morales, et la quatrième oeuvre de la jeune femme montre cette tristesse. Depuis, le hasard de la vie fait que tous ces sombres souvenirs s'estompent, et la cinquième production devrait définitivement fermer la parenthèse.

    Pensez-vous que la machine à tube qu'est Rihanna va perdurer ?


    votre commentaire
  • Voici une étude tragique, puisque l'artiste en question est mort à 39 ans, le 11 mars 1978. Tout avait commencé le 1er février 1939 à Ismaïla, en Egypte, d'un père lyonnais et d'une mère calabraise. La jeunesse de ce fils unique d'un contrôleur du Canal de Suez est donc liée à l'histoire de cette construction. Ainsi, lors de sa nationalisation, en 1956, la famille est expulsée, et débarque à Marseille. C'est sur la côte d'Azur qu'il se formera, en apprenant à jouer de plusieurs instruments de musique, et en participant à diverses formations musicales, contre l'avis de son père, qui devait déjà être quelque peu démoralisé par le destin tragique qui l'avait obligé à quitter son emploi. C'est, peut-être, sa défiance face aux volontés paternelles, qui ont provoqué, chez le jeune homme, l'émulation qui l'a amené au firmament des chanteurs. Il faut dire, aussi, que le destin a donné un coup de pouce, en lui faisant connaître des personnages importants : Brigitte Bardot et Sacha Distel. C'est sur leur conseil qu'il monte à Paris en 1960, avec sa compagne, puisque, désormais, il est marié. Malgré l'annonce de la mort de son père, c'est en 1962, alors qu'il a 23 ans, que tout commence pour lui. Il aura, donc, 16 ans de bonheur, dans sa courte vie. Car il semble que avec sa vie sentimentale mouvementée, il s'est attiré les foudres de ses ex-compagnes. Cela n'est qu'une conjecture, mais il faut bien en formuler une, puisque l'on doit constater, dès 1973, que les ennuis commencent. Pendant 5 ans, se mêlent succès et attentats, desquels il arrive à ressortir sain et sauf. Peut-être que tous ces éléments sont indépendants, et, dans ce cas-là, on peut dire que le sort s'est acharné contre lui, puissqu'il finit électrocuté dans sa salle de bain. A-t-il été victime d'un sabotage, ou d'une suite de coïncidences troublantes ? Quoi qu'il en soit, on doit dire que toucher des fils électriques quand on est en contact avec de l'eau est trop insensé, surtout à l'approche de la quarantaine.

    Regrettez-vous que Claude François soit parti trop tôt ?


    votre commentaire
  • Ce chanteur semble intemporel puisque sa carrière remonte à plus de 40 ans. En ce qui concerne l'homme, celui-ci est né le 26 janvier 1947 à Paris. Il est issu d'une famille dans laquelle les prestations scéniques sont une habitude, et c'est tout naturellement que, après une scolarité peu reluisante, il se servira du cabaret de papa comme d'un tremplin vers la réussite. C'est ainsi que, en 1965, alors qu'il a 18 ans, le jeune homme fait une première apparition télévisuelle, avec un texte chanté composé, en partie, par Michel Fugain. Une première phase s'engage, alors, qui le verra évoluer aux côtés d'Eddie Barclay, mais leur collaboration ne durera que jusqu'en 1969. Cela amène celui dont on suit l'ascension a créer son propre label de production, et, heureusement, pour lui et ce qu'il vient de mettre en place, la décennie 70 est synonyme de succès. C'est pendant cette période, aussi, qu'il se fait de nombreux ennemis, ce qui le poussera à partir en vacances, pour éviter de sombrer dans la dépression. Il faut dire qu'il fait l'objet d'attaques virulentes, au point que ses services de sécurité doivent déjouer un attentat. Mais la fin de cette période marque le renouveau, et cela annonce la maturité. C'est à ce moment qu'il sera au faîte de sa popularité. A partir de 1991, le connaît le déclin de sa longue carrière, mais il reste populaire, car il sait profiter des remous que les autres artistes créent en évoluant. Surtout, il est une bête de scène (d'ailleurs, il semble que son accomplissement soit dû, en grande partie à ses dons naturels, sur le plan physique), et c'est grâce à cela qu'il reçoit une Victoire de la Musique. Concernant ces distinctions, on peut dire que, pour lui, elles sont vraiment la consécration, puisqu'il n'en a reçu que 3, malgré une longévité exceptionnelle, et 21 albums enregistrés. Il y a lieu de croire que, peut-être, il sera encore récompensé.

    Pensez-vous que Michel Sardou va encore chanter longtemps ?


    votre commentaire
  • Dans la tradition des groupes anglo-saxons aux noms déjantés (les Cailloux Roulants...), celui-ci s'inscrit parfaitement : littéralement, il s'agit des Pois aux Yeux Noirs, ce qui désigne une variété bien spécifique de légumineuse,  où un point noir se détache du blanc de la graine. Désormais, le groupe qui se cache derrière ce nom insolite est composé de 4 membres : Fergie, la chanteuse, s'appelle Stacy Ferguson, et a rejoint la machine de guerre musicale en 2003 ; Will.I.Am est, en fait, Will Adams, et est un des fondateurs du crew ; ces deux personnalités donnent l'impression d'entraîner les deux autres : pourtant, Apl.De.Ap, qui est, lui aussi, de couleur noire (indice pour le reconnaître), est aussi là depuis l'origine. Enfin, Taboo, alias Jaime Luis Gomez - l'Amérindien - a rejoint le bateau en 1995-1996. Si l'évolution des deux individus initiaux dure depuis 1989, on peut dire que le nom qui fait l'intitulé de cet article résonne surtout avec les années 2000, et l'arrivée du seul élément féminin. Bien sûr, à cette époque, sort aussi le premier album de dimension internationale, sur lequel collaborent d'autres artistes. Il faut dire, quand même, que deux opus avaient, précédemment, contribué à mettre la cylindrée en marche, et ce qui commençait à briller a, peut-être, attiré la naïade. Quoi qu'il en soit, le statut de superstars a été, très certainement, acquis grâce à elle, puisque sa beauté aurait attisé l'intérêt du public masculin, et celui d'autres collaborateurs talentueux, qui, involontairement peut-être, ont contribué à la magie. Bien sûr, le travail n'est certainement pas étranger à la réussite, et deux oeuvres postérieures ont été un minimum pour confirmer le succès. L'histoire de cette ascension montre une chose : la femme possèdent, à travers leur plastique, ce qu'il manque à l'homme pour que celui-ci puisse atteindre le firmament, et, parfois, elle mérite, grâce à son pouvoir de séduction, de lui voler la vedette ; après tant d'autres, on doit répéter : "la femme est l'avenir de l'homme". 

    Vous gargarisez-vous de deviner que les B.E.P ont de l'avenir ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique