• Naissance d'une géante. C'est comme cela que l'on pourrait appeler cet article, puisque cet artiste britannique - dont la notoriété mondiale n'est pas parfaite - a un gros potentiel de célébrité, alors qu'elle n'est n'en est qu'à son deuxième album, et qu'elle est encore très jeune. En effet, elle arrive sur Terre le 5 mai 1988 à Tottenham, banlieue du Nord de Londres. il n'est donc, pas étonnant que tout le monde ne soit pas au courant de l'existence de cette chanteuse, car il se pourrait bien que sa réussite soit un feu de paille, comme dans beaucoup de cas, de nos jours. C'est que la passion est rarement au rendez-vous, et, souvent, celui, qui a réussi, une fois, à se hisser au plus haut niveau, se retire une fois que ses comptes en banque sont repus. A moins que, elle, soit en quête de reconnaissance : dans ce cas, seul le temps et la récurrence pourront satisfaire ses envies. Quoi qu'il en soit, on est en possession d'indices qui, peut-être, permettent d'échafauder la thèse selon laquelle elle n'est pas la plus assidue de la scène internationale : il semble qu'elle ait l'habitude, jusqu'à maintenant, de donner aux unités de sa production le nom du nombre d'années qu'elle a au moment de la mise en chantier de celles-ci ; ainsi, elle a sorti "19" en 2008, et "21" en 2011 (un écart de 3 ans peut être écourté). D'autre part, elle n'a pas saisi l'occasion de se faire connaître aux Etats-Unis, pour passer du bon temps avec son petit ami, avec qui elle était porté sur la bouteille (heureusement, elle a arrêté cette dérive. Aussi, émettre des doutes sur sa persévérance est - on en conviendra - un jugement ewtrêmement sévère.

    Seriez-vous enchanté de voir Adele voir casser la barraque ?


    votre commentaire
  • Certes, il n'est pas question, ici, d'étudier la biographie d'un artiste en particulier, mais de tout un collectif, qui a été fondé en 1986 par Coluche, au profit des Restos du Coeur, l'association caricative qu'il a crée quelques mois auparavant. Il est plaisant de croire que le terme qui figure dans l'intitulé est un hommage au fondateur, qui aurait dit à ceux qui ne voulait pas prendre part à sa croisade contre la pauvreté : "Vous êtes vraiment des enfoirés", ce qu'il a dû répéter plusieurs fois, car, pour la première fois, il n'étaient que 6. Parmi eux, il a eu la chance de se trouver un fidèle lieutenant : Jean-Jacques Goldman est devenu, avec le temps, un inconditionel, répondant présent, à chaque fois que la troupe a été convoquée. La persévérance de ce dernier a donné, très certainement, un bon exemple aux autres, puisque, pour cette année 2011, ils sont 41 à pousser la chansonnette, dont 6 sportifs. Concernant ces dernières participations, il faut saluer Bixente Lizarazu, qui est le seul à s'être mobilisé 2 fois. Donc, cette grance famille est mouvante, avec une composition qui n'a rien de fixe : d'ailleurs, le nombre record de membres a été atteint en 1999, comme si le paroxysme de la solidarité était derrière nous. Il faut dire que les vedettes ne sont pas dupes : elles se doutent que, par là, l'Etat se joue d'elles, en se reconnaissant lui-même comme un assisté. En effet, il est bien accomodant de se dire que l'on peut tolérer que l'administration centrale soit bancale, puisque, de toutes façons, la société est là pour compenser ses manquements.

    Pensez-vous que l'aventure des "Enfoirés" va durer longtemps ?


    votre commentaire
  • Etudier la biographie de ce chanteur est chose très intéressante, puisqu'il n'est pas homme à investir les plateaux de télévision, et autres médias grand public. Ainsi, il est facile d'avoir des idées fausses à son sujet, et il est surprenant d'apprendre qu'il est né à Dôle (Jura) le 21 juillet 1948. L'étude de sa vie révèle comment ces grosses cylindrées de la chanson que son les vedettes peuvent apparaître. En fait, la famille de l'artiste en question est originaire d'un npetit village de moins de 1.000 âmes, où il a dû vivre son enfance, puisque, là, il y fait la rencontre de son futur guitariste, avec - on s'en doute - une scolarité qui s'est déroulé dans la ville natale, qui compte, aujourd'hui, 25.500 habitants (et donc moins, à l'époque). Ces précisions quant à la population sont essentielles, car elle montre que l'émergence de 2 noms sur 27.000 personnes - en gros - est presque impossible de manière indépendante, à moins d'une coïncidence drôlement heureuse. L'émulation est, donc, palpable, pour expliquer la montée en puissance du binôme : c'est une possibilité, mais une simple amitié profonde et sincère est une explicationn satisfaisante. Bref, un simple duo n'a pas suffit à subjuger tout le monde, et c'est à Besançon (118.000 individus) qu'un troisième protagoniste entre dans la danse. Avec lui, c'est le départ pour Paris, à l'âge de 23 ans. On se rapproche de la consécration (qui ne sera pas un succès complet), mais on n'y est pas encore, puisqu'il faut attendre encore 7 ans pour voir un premier album sortir en 1978. Dans le présent, les choses ne seront pas arrivées toutes cuites, puisque 30 ans auront été nécessaires pour assister à une éclosion qui, 32 années et 16 albums plus tard, la gloire n'est pas totale. 

    Souhaiteriez-vous que Hubert-Félix Thiéfaine soit plus présent ?


    votre commentaire
  • Si on est amené, aujourd'hui, à étudier la biographie de ce rappeur, c'est, peut-être, qu'il est le meilleur représentant du moment de ce qu'est un étoile montante. En effet, depuis 2005, année de sortie de son premier album, et sa 82ème place au classement des meilleures ventes de disques en France, il a sorti 3 autres opus du même acabit (entre autres formats) qui lui ont permis, tout récemment, d'atteindre des sommets, puisqu'il a su s'installer sur la plus haute marche du podium, gràce à sa dernière galette parue le 14 février 2011. Il faut dire qu'il évolue dans le ilieu de la musique depuis qu'il a 15 ans ; il en 29 aujourd'hui, puisqu'il est né le 25 décembre 1981 à Trappes. Celui qui, en réalité, s'appelle Laouni Mouhid est d'origine marocaine - à 100 % -, et est l'aîné d'une famille de 7 enfants, qui a connu la misère. C'est, peut(être cette position familiale qui l'a poussé à prendre conscience qu'il se devait de donner le bon exemple aux autres membres de sa fratrie. Il aurait pu ne pas s'apercevoir voir de cette tâche, puisque, comme il est d'habitude chez les chanteurs issus de la rue, il a commencé à mal tourner dès son adolescence, allant jusqu'à insulter sa mère dans une de ses chanson, ce dont il s'est excusé par la suite. La maman a dû, on l'imagine, lui pardonner, puisque, comme l'expérience lui a appris à être juste, il a pu entraîner, dans son sillage, un de ses petits frères, qui est devenu son producteur attitré.

    Pensez-vous que La Fouine est destiné à suivre la voie du succès ?


    votre commentaire
  • L'histoire de ce groupe est plutôt triste, dans le sens où il mérite amplement de jouïr d'une solide renommée nationale, mais ce n'est pas le cas. Disons, pour justifier ce soupçon d'injustice, que la formation existe depuis 27 ans, ce qui lui a laissé le temps de se faire connaître du grand public. En outre, ajoutons que, en moyenne, elle donne 200 représentations par an, réparties sur l'ensemble du territoire national. Enfin, signalons une production assez conséquente, puisque pas moins de 22 albums, ou participations à l'oeuvre d'autres artistes (au moins 14 galettes originales où le collectif musical en question est le seul à avoir la vedette). Alors, si le succès suprême - ce qui ne veut pas dire qu'il est au rendez-vous - n'est pas au rendez-vous, ce n'est pas parceque le nom de scène a changé au bout de 3 ans (avant 1987, on utilisait la désignation de Ted Red ; la variation phonique est, donc, mineure : la prononciation de l'intitulé varie peu, par rapport à celle de ce qui est en italique). Non ; l'obstacle majeur qui peut expliquer que les plateaux de télévision sont réticents à inviter ceeux dont on parle est qu'ils sont 10. Avec les instruments de chacun, la logistique devient vite ingérable, et, pour pouvoir accéder aux studios, il faut trouver autre chose. Certes, on pourrait imaginer qu'il y ait un porte-parole, mais, dans ce cas là, un présentateur n'a pas en face de lui les musiciens qui savent ravir ses oreilles - aucun intérêt. On peut, donc, conclure, en affirmant que, là, on ne sait pas se servir de la machine médiatique, et cela vaut de rester dans l'ombre.

    Souhaiteriez-vous vous voir les "Têtes Raides" crever l'écran ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique