• Crocodile Dundee II

    C'est en 1988, c'est-à-dire 2 ans après le premier volet, que ce nouvel épisode est paru. Toutefois, seuls les acteurs principaux, dont Paul Hogan, qui a un nom faisant date, ont été reconduits, puisque le réalisateur est différent, bien que sa nationalité soit la même. Ce film, qui, selon l'interprète-phare, est, au 1.5 fois meilleur que le précendent, a brillé, au niveau international, avec une récompense en Allemagne, et une autre en Angleterre (semble-t-il). Voilà, on a tout dit, et il reste à aborder un thème éloigné de l'intrigue, bien que cela soit lié. Cette fois-ci, on a choisi de réfléchir sur la pêche à la dynamite, qui constitue la scène d'ouverture. On y voit que cela est interdit aux Etats-Unis, et que cette interdiction n'est pas propre à un pays. Cela souligne l'universalité du droit, aussi bien au niveau temporel (nos ancêtres ont pointé, avant nous, ce qui constituait une injustice ; et on doit y retrouvé la vérité) que spatial - tous les pays se retrouvent sur se point. Alors, pourquoi une telle concorde ? En l'occurrence, on peut y voir une raison écologique : il est clair que, ainsi, on risque d'abîmer les fonds sous-marins. Mais, il y a aussi, une autre cause à cette unanimité : il s'agit de la présence fortuite de plongeurs. Il serait, quand même, extrêment traumatisant, de voir remonter un corps humain, là où on s'attends à des poissons. Même si les amateurs de l'ivresse des profondeurs savent qu'il est de leur intérêt de se signaler à la surface avec une bouée, ou autre, cela ne garantit pas la position exacte de l'homme-grenouille. Apparemment, dans l'immensité du pays des Aborigènes, cette disposition ne peut être connue et appliquée - il faudrait trop de policiers.

    Cette analyse de "Crocodile Dundee II" est-elle pertinente ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :