• M

    Il convient de décrire l'originalité du clip de Est-ce-que c'est ça ? L'artiste a choisi de se laisser représenter par un avatar squelettique qui joue de la musique. Par diffusion, la mélodie permet à d'autre bonshommes du mème genre d'échapper à la mort. Malheureusement, quand le flux s'arrête, ils succombent. Et c'est en rescussitant le joueur de guitare originel que la Vie reprend. (Ecouter)

    Est-ce un bonheur d'écouter "Est-ce que c'est ça ?" ?

    votre commentaire
  • On retrouve cet artiste, qui est plutôt producteur de rap, au départ, revient, dans Morning after dark, en featuring avec Nelly Furtado & SoShy. Il s'agit, pour lui et son amie canadienne de lancer une nouvelle artiste. Et leur familiarité, à eux 2, avec lr milieu se laisse sentir, dans le clip, puisqu'ils donnent vraiment l'impression de maîtriser ce qu'ils font. (Ecouter)

    Seriez-vous prêts à payer pour entendre "Morning after dark" ?

    votre commentaire
  • Son dernier titre a des sonorités qui rapellent la musique du far-west, pendant la conquète de celui-ci. Mais, ce n'est pas le principal attrait de 22 : ce qu'il faut savoir, c'est que le clip se déroule dans les toilettes des filles, où on voit toutes ces petites anglaises se repoudrer le nez, pour terminer leur soirée dans de bonne conditions. D'ailleurs, la fête semble être mouvementée, puisque la chanteuse en est toute ébouriffée (Ecouter)

    "22" déchire-t-il ?

    votre commentaire
  • Pour un infidèle est chanté en featuring avec Julien. Le clip, là aussi, est en noir et blanc (par rapport à l'article précédent - celui de BB Brunes), avec, parfois des images aux couleurs pâles. Il fait penser aux escales dithyrambique des Beatles, en leur temps, où ces derniers, à peines arrivés à l'aéroport, étaient attendus par des centaines de fans en délire. (Ecouter)

    Passez-vous du bon temps quand vous écoutez "Pour un infidèle" ?

    votre commentaire
  • Séquence nostalgie. C'est, en effet, aux années 50 que ce clip fait référence, puisqu'il est en noir et blanc. Mais ce n'est pas tout : il y a aussi le présentateur démodé qui demande à son public d'accueillir les artistes dans la liesse ; et, il ne faut pas oublier, non plus, le chanteur qui remue frénétiquement la tête, comme on secourait un maraca(s) ; c'est cela, l'univers de Lalalove you. (Ecouter)

    Vous réjouissez-vous de l'avènement de "Lalalove you" ?

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique