• Un crime au paradis

    Apparemment, ce tournage a été, d'après ce que disent les acteurs dans les suppléments du DVD, la première occasion d'une collaboration entre Josiane Balasko et Jacques Villeret (et la dernière, puisque ce dernier est mort). A ce couple s'ajoute André Dussolier, entre antres célébrités, et tout ce petit monde fut dirigé, en (ou pour) 2001, par Jean Becker. Tous ces gens ont contribué à la production d'un film français sans prétion, et, vu son titre, il est inutile de cacher que le thème que l'on a choisi pour cet article concerne la Justice, puisque, après la suppession d'un être humain, il faut passer par un procès. Ce qui choque, dans le long métrage en question, c'est cette digression du juge, qui fait part de son intérêt pour la philatélie. On a là - très certainement - un élément comique, qui caractérise la comédie : c'est, même, trop caricatural, peut-on penser. D'ailleurs, l'oeuvre elle-même le rapelle, par la voix du ministère public. Et, il est clair qu"un vrai professionnel se soucie d'autres choses, quand il travaille, que de symphatiser avec les protagonistes présent. Cela dit, avec la fatigue et le stress, il n'est pas impossible que cela arrive, même si c'est illogique. En effet, on donnerait, par là, un visage trop humain à cette institution, qui, même si la grande tendance consiste à la rendre moins aveugle, reste implacable, par son acharnement. Si, donc, le mouvement n'est pas encore complet (et il faudrait redouter que la machine judiciaire devienne oublieuse), il y a lieu de croire qu'il remonte à l'affirmation de la clémence. Doit-elle être ainsi ? Ne doit-elle pas être, plutôt coercitive, en cherchant des moyens de faire revenir dans le droit chemin ceuux qui sont égarés ?

    Pensez-vous que ne pas aimer "Un crime au paradis" est un tort ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :