• Viens chez moi, j'habite chez une copine

    Ce film de Patrice Leconte date de 1981, et il ne mérite pas de rester la simple évocation d'une oeuvre intéressante. En effet, une pléîade d'artistes a été mise sur le coup, dont les principaux membres, qui figurent sur la jaquette, sont Michel Blanc et Bernard Gireaudeau. C'est, donc, un morceau de choix du cinéma français, même si cela n'a pas été distingué par de quelconques récompenses. Le scénario est fait de telle manière que, puisque l'on ne veut pas retomber dans les sentiers battus, l'on peut aborder un sujet brûlant d'actualité : la difficulté à retrouver du travail. Alors, il faut expliquer de quelle façon on peut entr'apercevoir ce thème dans le long métrage. Il s'agit d'une anecdote selon laquelle Guy, qui est un ancien des Bronzés, appelle une petite annonce dans un journal, pour décrocher un nouveau job. Il explique à la personne qui lui répond au téléphone qu'elle doit patienter parce qu'il fait couler un bain. Il ne faut pas s'étonner que l'interlocuteur ait raccroché, car il y a des limites. Mais, c'est l'occasion de remarquer - et c'est l'acteur qui le fait - que les employeurs sont, certes, trop exigeants. Dans le cas présent, on dirait, aujourd'hui, que le candidat n'a pas montré qu'il qésirait vraiment le poste qu'il a prospecté. Mais, a quoi sert de faire preuve de cela ? Tout le monde a besoin de travailler pour vivre, et, par conséquent, il est certain que chaque prétendant veut remporter l'offre. On peut comprendre que l'on veuille le meilleur, mais c'est, là, être crédule. En effet, n'importe qui peut mentir. Bref, celui qui obtient ce qu'il veut est celui qui sait le mieux maquiller la réalité.

    Voulez-vous voir "Viens chez moi, j'habite chez une copine" ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :